Volley Saverne(67)

>> Le coffre à outils technologiques et pédagogiquesdes enseignants de la formation professionnelle du Québec

Tricolore volley ball

Faites également la promotion de votre Page

Vous êtes ici : Accueil des volleyeurs » Les souvenirs des volleyeurs » Archives de la sason 2018-2019

>>Nos équipes ce week end : Envie d’en découdre ?

3 février 2019
Auteur(e) : 
TVB

M13 : Les espiègles savernoises sont irrésistibles

Claire la coach des M13 a encore une fois passé une bonne après midi volley lors du plateau se déroulant à Imana Strasbourg. Mais la tension aura été au rendez vous avec 2 victoires 2 sets à 1. La première n’était pas évidente sur le papier et en comparaison de gabarits. Le SUC2 a de quoi impressionner nos juvéniles volleyeuses qui pourraient chanter en choeur la chanson de Souchon "J’ai dix ans !" et si tu m"crois pas hé, tare ta g. au dernier set ! Et à ce jeu du tie-break les savernoises sont fortes car plutôt futées et très courageuses en défense. Mais ce genre de match épuise les plus résistantes et face à ARANI, c’est un autre match difficile qui attend Amy, Yaren, Alix, Tessa, Nisa, Melissa, Eva, Marion. Heureusement qu’il y a des remplaçantes qui sont performantes et aspirent à avoir du temps de jeu. Mais c’’est surtout la joie d’une seconde victoire étriquée 2-1 qui permettra aux rouges de sauter de joie et de confirmer leur excellent classement en tête de la poule M13 Honneur. Belle performance quand on pense que l’an passé on hésitait à les inscrire dans la catégorie supérieure.

Seniores filles : Le grand défi

Les seniores filles effectuaient un périlleux déplacement chez leurs revanchardes rivales d’IMANA Dimanche après midi. Souvenons nous que le match aller avait échappé aux strasbourgeoises alors qu’elles menaient 2-0 et ne s’attendaient pas à une des confitures de quetsches savernoises ; la spéciale qui écrase des ballons mous là où l’adversaire n’en a jamais rêvé ou bien une déconfiture de prunes savamment giflées par les gros bras savernois passeuse incluse.

On imagine la grosse envie d’en découdre à nouveau pour les deux équipes, dans un match marathon comme prévu qu’on ne va pas examiner sous toutes les coutures mais au terme duquel nos volleyeuses préférées doivent s’incliner 3-2 avec un 15-11 au set décisif.

La bataille pour la première place fait rage et ASVS semble être capable de jouer les trouble-fêtes qui sait ! Beau suspens en perspective !

Seniors garçons : Après la déception à Remiremont, relever la tête ... et la queue

Saverne-Ensisheim 3-1 (25-20, 25-16, 18-25, 25-17)

Jean toujours à l’infirmerie pourrait se permettre de siroter de l’alcool à 90° sur le banc vu qu’il ne joue pas ce soir à cause de sa cheville tordue, mais son infirmière protectrice en a décidé autrement.

Faute de Jean dans le public on récupère Jacques à la voix de stentor qui parvient à hurler ses encouragements plus fort que le tambour de maman Martin. Il est chaud le public ce soir là car il nous sent un peu vulnérable face à Ensisheim qui a pris la fâcheuse habitude de faire ses meilleurs matchs contre nous ou Remiremont (pas de jaloux !), étant passé à côté de son match retour contre Gerardmer la semaine passée.

Les savernois rejoignent courtement leur coach dans le vestiaire pour une réunion en toute intimité SM (senior masculin) lors de laquelle on détaille le plan de jeu en publiant les responsabilités exorbitantes confiées à Martin et Peli dans le jeu défensif. La répartition des rôles au service est clarifiée de façon à exploiter au mieux les faiblesses de l’adversaire dans la relation réception/passe. Si on craint Ensisheim c’est en raison du gabarit important de Bastien L., Guillaume T. et Yoann M. qui ont la capacité de planter des lignes qui désintègrent assurément l’aventureux passeur qui a dédaigné la défense pour anticiper une pénétration improbable dans un jeu mal débroussaillé. Stephan un peu trop précoce dans ces tentatives là fut régulièrement puni, tandis que Pierre qui n’avait pas d’autorisation de pénétrer fut bien plus impénétrable sur sa ligne. Mais ces considérations relèvent du pur détail tant l’essentiel de la prestation individuelle et collective fut largement à la hauteur des attentes du coach.

Le premier set est tendu mais les actions des savernois progressent en efficacité. On était inquiet pour Théo privé d’entraînement récemment mais celui-ci fut exemplaire dans son jeu et aérien en défense. Théo fut souvent décisif en ce début de match en inventant des solutions offensives rassurantes sur balle rapide comme sur balle haute. Donatien était très consistant dans ses actions avec une présence autoritaire et opportune. Pierre passa le plus clair de son temps offensif de faux pointu en fixation de vrai central, ce qui déboussola le contre adverse qui effectuait une lecture paranoïaque du jeu orchestré par Stephan. Saverne prit l’ascendant en fin de set avec une série de contre-attaques victorieuses et boucla le set 25-20.

A peine avaient-ils repris le service au second set que les savernois distançaient leur adversaire pour mener 8-1 grâce à une agression continue de Peli dont le service sema la zizanie dans la réception adverse qui resserra les rangs comme jamais. Stephan n’était pas en reste avec son service décroisé de gaucher, altérant fortement la qualité de réception d’Ensisheim même s’il touchait le meilleur réceptionneur adverse Guillaume. Comme Saverne faisait cavalier seul, Laurent prit temporairement le poste de Donatien pour se réchauffer un peu, lui d’habitude libéro ne laissa pas sa place à Joël le libéro du soir. Sacré Joël dont le style défensif étrange est redoutablement efficace quand il vient faire opposition de son corps aux gros frappeurs adverses, ça rebondit comme s’il était une planche à repasser. A cet égard je me demande si Joël n’était pas de cette équipe de Molsheim que je désignais par Mocomon dans le temps glorieux des Papotomons en 2001 : voir article d’archive "[Bienvenue chez les Papotomons ). Joël étant né en 1984, il aurait eu 17 ans en 2001 et pouvait être un jeune Mocomon de nos vieux matchs ou du moins a-t-il été éduqué à l’école de défense des Mocomons dirigée par un mystérieux grand maître Mocomon dont j’ignore le nom. Bref pour résumer, tapez sur notre libéro et ça rebondit tout le temps, appâtez-le avec une grosse quéquette et il vous dégaine tranquillement sa corse, main au sol et saucisson sec dans la besace.

Pendant que Joël s’expose ainsi généreusement aux lanceurs de flash-balls d’Ensisheim, nos contreurs vous passent un petit bonjour par dessus la bande du filet assez sobre et discret pour en faire des bas de laine aux attaquants d’Ensisheim. Le carnage de ce second set est total et l’addition est chère pour Ensisheim qui prend 25-16 sans soldes.

On attendait la réaction d’orgueil des haut-rhinois et on l’a eu. Ces messieurs n’aiment pas faire de la figuration et quand leur jeu reprend du liant ils sont capables de nous pilonner tout en défendant chaque balle. Julien M. le passeur des rouges s’applique et trouve mieux ses attaquants tout en affichant une belle présence au contre pour verrouiller Martin ou Peli nos deux fers de lance. Le doute nous habite assez pour que m’habite l’idée que le match n’est pas encore fini et qu’il va falloir batailler ferme. A ce moment le coach observe que le plan de jeu est moins respecté et que si les serveurs principaux d’Ensiheim font de belles séries c’est parce que la gestion savernoise du side-out est incohérente et que nos contreurs se mettent à dire bonjour dans tous les sens avec leurs deux mains baladées.

Même si le set est vendu cher 25-18 avec des haut-rhinois regonflés à bloc, les joueurs savernois ne déméritent pas et ne s’effritent pas tant que ça. Le fond de jeu est tenu par Martin/Peli, Peli/Martin presque sans faille, alors il ne reste qu’un petit recadrage de Steph qui s’agace et tout repart comme avant. Peli fait sa série de services, Théo sa série de plongeons, Joël sa corvée de repassage, Martin sa série d’attaques, et nous voilà avec Pierre au service à un moment assez tendu.

Pierre est exemplaire dans ce match et sorti de son rôle de passeur il assume avec une concentration et une rigueur particulière un rôle altruiste de fixation en courte, tout en se marrant à chaque fois qu’il voit ses deux vis-à-vis sauter en l’air devant sa course pour du beurre. Ca met du beurre dans les épinards et quand Pierre qui a un long passé/présent d’arbitre, coach, formateur passe au service, c’est avec une régularité impeccable qu’il applique la consigne de son coach. Avec un service très anodin de l’extérieur, Pierre perturbe la construction adverse permettant la récupération de ballons faciles qui permettent à Saverne de faire la différence au bon moment. Personne dans le public n’y est indifférent ! C’est au tour de Dony tout aussi altruiste de se présenter au service. C’est depuis le fond du gymnase où il se prépare à entamer la gestuelle préparatoire de son célèbre service sauté interdit par le coach, comme un paon ferait la parade de l’amour à sa paonne, que Dony signifie par un coup de menton vers le banc la question inattendue "Où est-ce que je sers coach ?". Eugénie à la marque se marre et le coach lui fait signe que c’est pareil que pour Pierre mais Dony fait la sourde oreille sous le tambour du public et avorte le point qui était destiné à naître d’une simple application de la consigne édictée 2 heures plus tôt dans l’intimité du vestiaire.

Un dernier sursaut d’Ensisheim avec le capitaine Guillaume au service mais Steph a intégré la consigne de gestion optimale du side-out sur les bons serveurs adverses. La courte qu’il ne peut destiner alors qu’à Peli constitue une variante intelligente dans la création offensive efficiente. Face à un tel collectif Ensisheim rend les armes 25-17 non sans avoir fait entrer la vielle garde avec Denis le coach/joueur pour tenter de dire Merde à la défaite en resserrant le dernier carré des survivants. Martin plante une enième attaque vigoureuse et autoritaire sur la balle de match sans trembler en songeant "essayez de la défendre celle-là !".

Cette victoire 3-1 résulte d’une prestation collective intéressante qui montre que l’équipe savernoise mûrit. La reprise en février avec la coupe à Ostwald et le déplacement difficile à Gerardmer nécessitera des entraînements commando auxquels Jacques de la SM2 commence à prendre goût !


Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne Tricolore volley ball Foyer Saint Joseph, Rue de Gottenhouse 67700 Saverne

Site développé sous SPIP 1.8.2d
Utilise le modèle RÉCIT-FP Partenaires v1.3.2